Chargement…


PORTRAIT D’UNE FRANCE SOUS CONFINEMENT | TF1 | Reportages

Quelques jours après l’annonce du confinement, nous avons pris la décision de partir sur les routes de France au volant d’un camping-car à la rencontre des Français. Pendant 22 jours au fil des 4000 kilomètres parcourus, nous avons pris le pouls d’une France rurale contrainte de bouleverser son mode de vie, de limiter ses activités et ses déplacements, et de réinventer son quotidien. Nous avons filmé l’histoire de ces hommes et de ces femmes qui ont mis leur énergie et leur cœur pour continuer à vivre malgré la menace du Coronavirus. Dans l’Est de la France, à Mussy-Sur-Seine, Jérôme, 42 ans, agent funéraire, a mis en place un réseau de 50 couturières pour confectionner des masques, destinés aux habitants de son village et aux hôpitaux de la région. Avec son équipe, ils se sont donné un objectif, fabriquer 10 000 exemplaires en un minimum de temps : « j’ai la certitude de donner le meilleur de moi-même en ce moment. Je me donne à fond, comme ça, je n’aurai pas de regret, je n’aurai pas attendu sans rien faire ». Jérôme et son équipe ont-ils réussi leur pari fou ? A 45 ans, Hervé élève 35 vaches laitières en Lozère. La crise qu’il subit est très difficile à surmonter : la plupart de ses clients sont des restaurateurs qui ont fermé boutique et il ne parvient pas à vendre ses fromages : « On trait nos bêtes et quand la cuve est pleine, on la vide, on la met à l’égout, ce sont des images qui vont rester à jamais gravées dans ma mémoire ». Combien de temps pourra-t-il encore tenir sans aucune rentrée d’argent ? A Creuilly, en Normandie, Thierry, médecin de campagne depuis 35 ans, se bat contre ce qu’il appelle « les effets secondaires » du confinement, le principal étant selon lui, l’isolement et la détresse des villageois. Avec lui, nous parcourons la campagne au chevet de personnes âgées qui, pour certaines, présentent des symptômes de dépressions sévères « C’est vraiment la sinistrose. Je pense que l’on aura pas mal de stress post-traumatique dans les douze mois qui viennent après ce confinement ». Entre consultations pour suspicion de Covid et appels au secours de ses patients, le métier de Thierry n’a jamais eu autant de sens et d’importance.Le virus a touché de plein fouet la famille de Laetitia, une maman qui élève seule ses cinq enfants dans le Grand-est.  Son père en est mort et elle-même a été contaminée. Malgré cette épreuve, cette mère courage se donne un mal fou pour que la vie ait l’air le plus normal possible. En plein confinement, elle s’efforce de fêter dignement l’anniversaire de ses enfants. Après 18 ans de bons et loyaux services à la tête de la mairie de Mont-Saint-Père dans les Hauts-de-France, Joseph a été sur tous les fronts depuis le 17 mars. Chaque soir, avec sa sono ambulante, il apporte de la légèreté et de la bonne humeur à ses administrés en parcourant les ruelles de son village. Jusqu’ au jour où la mort de l’un de ses habitants lui fait craindre le premier cas de covid dans cette bourgade tranquille : «  Je n’avais pas besoin de ça. S’il est mort à cause de ce virus, je vais être obligé de fermer mon village ». A l’heure du déconfinement, le camping-car est retourné voir Joseph, Jérôme, mais aussi des instituteurs et des commerçants, aussi impatients qu’inquiets de retrouver un semblant de vie normale.