Chargement…


METIERS HORS-NORMES : TIREURS D’ELITE | RMC Story | Grands Documents

« One shot, one kill », comprenez « une balle, un homme mort », telle est la devise des tireurs d’élite, aussi appelés snipers. Capables d’abattre quelqu’un entre 300 et 2500 mètres, dès qu’ils en reçoivent l’ordre. D’habitude, on ne les voit qu’au cinéma : « Stalingrad », « Shooter », ou encore « American Sniper » de Clint Eastwood… Ces dernières années, les films sur les tireurs d’élite ont largement inspiré Hollywood. Il faut dire que c’est une profession vraiment à part bien souvent composée d’hommes d’exception. Pour la première fois, pour les caméras de RMC, les tireurs d’élite ont accepté de tomber le masque et de « se mettre à découvert. ». Première surprise, le sniper n’est jamais seul. Il travaille en équipe, avec un spotter, qui calcule pour lui la ballstique, la force du vent, la pression atmosphérique. Car sur les tirs à très longue distance, c’est-à-dire à plus de 1000 mètres et jusqu’à 3000 mètres (l’équivalent de 10 Tour Eiffel allongées), le moindre petit grain de sable peut changer la trajectoire de la balle de plus d’un mètre. C’est en 1992, lors de la guerre à Sarajevo que la France a compris, à ses dépens, tout l’intérêt stratégique des snipers. Aujourd’hui, le nombre de tireurs d’élite dans l’armée française est d’un peu plus d’un millier. Ils appartiennent aux forces spéciales bien sûr. Mais la Légion étrangère ou encore l’armée de l’air ne sont pas en reste. Chaque régiment dispose maintenant de tireurs embusqués surentrainés. On les envoie partout dans le monde : combattre Daesh au Sahel, en Afghanistan, en Syrie… Même les CRS s’y sont mis depuis 2015. Depuis les attentats du Bataclan et du Stade de France. Personne ne le sait, mais pas un match de foot, pas un concert ne se déroule sans la présence d’anges gardiens armés de fusils à lunettes. Car face aux menaces actuelles, terrorisme, et aux conflits modernes, guérilla urbaine, leur habileté, leur sang-froid à toute épreuve, leur capacité à pouvoir se projeter seul en territoire ennemi avec 85 kilos de matériel sur le dos en étant autonomes pendant plusieurs jours sans se faire voir… les snipers sont devenus indispensables. D’ailleurs, les armées du monde entier forment leurs propres tireurs d’élite. Leurs missions ? Observer, renseigner, protéger les unités en mouvement et bien sûr « neutraliser des cibles » en toute discrétion. Mais quel est leur vrai rôle sur le terrain ? Quelles sont leurs motivations ? Comment devient-on tireur d’élite ? Et que se passe-t-il dans leur tête quand ils appuient sur la détente, un homme dans leur viseur ? Pour y répondre, nous avons suivi les entrainements hors-normes de ces hommes, des jours entiers à tirer des milliers de balles. Au sol, mais aussi dans les airs à bord d’un hélicoptère de l’armée française. Nous avons filmé les techniques redoutables comme le tir synchronisé ou comment éliminer plusieurs individus dans le même dixième de seconde. Mais également, l’une des formations les plus compliquées, celle pour devenir sniper au sein des commandos marine. Une formation sans pitié : le moindre faux pas est éliminatoire. Tireurs d’élite, un métier hors-normes. Et surtout des hommes hors-normes…