Chargement…


  • 52'
  • Auteurs : Antonin Marcel, Charles Comiti
  • 06-08-2021
  • Master : 3073

HONDURAS, LE COURAGE FAIT VIVRE | France 5 | Les Routes de l'Impossible

Au Honduras, mieux vaut s’armer de courage pour arpenter les semblant de routes qui mènent aux provinces les plus reculées, notamment pendant la terrible saison des pluies. Pourtant, des milliers d’Honduriens continuent de (sur)vivre dans ces contrées coupées du monde en raison de l’état déplorable des routes. Leur dernier lien avec la société, ces villageois le doivent à une poignée d’âmes qui trouvent le courage d’arpenter ces routes pour leur venir en aide. Les histoires que nous allons vous raconter illustrent à quel point vivre au Honduras demande une sacrée dose de courage. Et heureusement pour eux, les Honduriens n’en manquent pas.

Hugo est l’un des rares de sa région à posséder une voiture alors, quand il le peut, il s’improvise taxi pour venir en aide aux plus démunis. « Il n’y pas de transports en commun ici, comment voulez-vous que les gens se déplacent ? C’est mon devoir de les aider ! ». Ce jour-là, Hugo emmène un enfant blessé dans un hôpital… de l’autre côté de la frontière au Guatemala ! Là-bas, les soins sont pris en charge, contrairement au Honduras. Mais rejoindre l’enfant, comme le conduire à l’hôpital n’est pas chose facile en pleine saison des pluies.

Au Honduras, Rosa n’est pas une femme comme les autres. « Le repassage, la vaisselle, ce n’est pas mon truc. Ce que j’aime c’est l’aventure ! » De l’aventure, Rosa n’en manque pas. Chaque semaine, la commerçante affronte avec son chauffeur des routes impraticables. 260 km de pistes et trois jours de périple pour vendre ses légumes dans les villages les plus reculés.

Sur ces chemins perdus, de petits anges travaillent dur !  Juanita et ses deux petites filles passent leurs journées, malgré la pluie et le froid à reboucher les nids de poule contre un peu d’argent. Aujourd’hui, les conditions de vie au Honduras poussent des milliers de familles à émigrer vers les États-Unis, devant cette marée humaine, un Politique a lâché :

« Ils ne courent pas après le rêve américain, ils fuient le cauchemar hondurien. ».


Aller en haut