Chargement…


FAREWELL, L’ESPION QUI AIMAIT LA FRANCE | Case documentaire | France 5

« L’affaire Farewell » est l’une des plus grandes histoires d’espionnage de la guerre froide. Nous allons vous en raconter la face cachée… Farewell, alias Vladimir Vetrov, est un agent du KGB mis au placard. En 1980, il décide de se venger et prend contact avec la DST française, Direction de la surveillance du territoire. Il propose de lui donner la liste des agents du KGB en poste à l’étranger, des agents doubles, mais aussi, la liste des secrets technologiques et scientifiques que le KGB vole aux pays du bloc de l’ouest depuis des dizaines d’années, dans tous les domaines : nucléaire, aéronautique, militaire ou civil… La France, l’Allemagne, l’Angleterre, mais surtout les États-Unis découvrent ainsi qu’ils sont victimes d’une gigantesque entreprise de pillage organisée par le KGB. En volant la technologie à l’Ouest, les soviétiques ont réussi un tour de force : se hisser au niveau des États-Unis, mais en économisant des millions de dollars. En 1981, François Mitterrand, qui vient d’arriver au pouvoir, prévient Ronald Reagan.  Le Président américain organise la contre-offensive. Nous allons vous raconter comment les États-Unis ont réussi à  « casser le dos du KGB » grâce à un plan démoniaque qui a eu pour conséquence,  selon eux,  d’accélérer la chute de l’Union soviétique.