BORNÉO, LA FORÊT ASSASSINÉE

Auteur(s) Stéphane Haussy
Chaine France 2
Émission Envoyé Spécial
Durée 32'
Diffusion 02/07/2009

C'est un nom qui évoque l'exotisme, les explorateurs et le bout du monde, l'île de Bornéo en Indonésie. Mais la forêt tropicale est menacée de disparition. En Indonésie, selon les experts, toutes les 15 secondes, la forêt diminue de l'équivalent d'un terrain de football. A coups de tronçonneuses et de bulldozers, elle est détruite par des industriels, qui remplacent les arbres par de gigantesques plantations d'huile de palme. C'est l'huile la moins chère du monde, elle est très prisée par l'industrie agro-alimentaire, on la retrouve dans les pâtisseries, les chips, les croûtons, les soupes lyophilisées… L'huile de palme est aussi un excellent carburant dans les moteurs diesels. L'Indonésie produit 20 millions de tonnes de cette huile végétale chaque année, pour alimenter le monde entier. Mais la déforestation fait d'autres victimes, les espèces animales. Dans cette jungle inhospitalière, un Français, Aurélien Brûlé, a décidé de dédier sa vie à protéger les animaux menacés par la déforestation, notamment les gibbons, une espèce de singe. Il s'est installé à Bornéo il y a 11 ans, tout le monde l'appelle Chanee. Originaire de Fréjus dans le Var, il a créé une ONG pour recueillir les gibbons. Avec la forêt qui disparaît, les singes se retrouvent au sol à la merci des braconniers. Ils attrapent aussi des maladies. Le gibbon pourrait être la première espèce de grand singe à disparaître définitivement. Stéphane Haussy et Vincent Reynaud ont rencontré les populations dont les terres ont été réquisitionnées par les grandes compagnies d'huile de palme. Ceux qui se sont opposés à la déforestation, sont en prison. Certains villageois souffrent aussi de maladies, les eaux d'un lac de Bornéo sont contaminées par les déchets toxiques des plantations. Des camions citerne d'eau potable alimentent les villages. Nous avons aussi enquêté sur les conditions dans lesquelles les usines produisent l'huile de palme.


Master : 1793

Récompense :

- 2010 - Prix du court métrage au Festival du Film Nature et de l’Environnement