Chargement…


On the tracks of Bin Laden
  • 52'
  • Auteur : Mohamed Sifaoui
  • 09-11-2003
  • Master : 1304

Sur la Trace de Ben Laden | M6 | Zone Interdite

Deux ans après la tragédie du 11 septembre 2001 , les Etats-Unis ne sont toujours pas parvenus à mettre Oussama Ben Laden hors d’état de nuire. Les talibans et leurs alliés ont été chassés du pouvoir en Afghanistan mais Al Qaïda n’a pas été complètement démantelée. Régulièrement, les attentats islamistes continuent d’ensanglanter la planète ; il y a quelques semaines à peine Ben Laden proférait de nouvelles menaces contre « l’Amérique, les juifs et les croisés ». Comment Ben Laden a-t-il pu échapper à la traque des américains ? Comment les talibans et les hommes d’Al Qaïda ont-ils pu trouver refuge au Pakistan ? Pourquoi ce pays est-il, aujourd’hui encore, le berceau du terrorisme islamiste ? Une équipe de Zone Interdite a enquêté pendant un mois en Afghanistan et au Pakistan. Le Pakistan, officiellement allié des Etats-Unis, a abrité pendant des mois plusieurs hauts responsables d’Al Qaïda. Les idéologues du terrorisme international s’y expriment en toute liberté. Et les amis de Ben Laden, chef religieux ou membres des services secrets, sont toujours très proches du pouvoir à Islamabad. Notre équipe, Mohamed Sifaoui et Manolo d’Arthuis ont rencontré, des conseillers du mollah Omar, le chef des talibans et des membres des services secrets pakistanais. Leurs révélations sont étonnantes : Ben Laden est vivant et se cache toujours au Pakistan. A Karachi et à Quetta nos journalistes ont visité les écoles où les talibans reconstituent leurs forces et forment les nouvelles générations de terroristes. Dans les mosquées du Pakistan on cultive la haine de l’occident et on appelle à la guerre sainte. Notre équipe s’est également rendue en Afghanistan dans un ancien camp d’Al-Qaïda, et dans les montagnes de Tora Bora où les américains ont perdu la trace de Ben Laden. Un document de propagande inédit de l’organisation terroriste prouve que les attentats du 11 septembre ont bien été décidés et préparés « militairement » dans les camps d’Afghanistan.