Chargement…


  • 53'
  • Auteur : Laura Sahin
  • 18-03-2018
  • Master : 2733

SOUVENIRS, SOUVENIRS : DES FRANCAIS A LA CONQUETE DE LEUR PATRIMOINE | TF1 | Reportages

Qui ne s’est jamais laissé tenter par un objet souvenir? En vacances, près d’un touriste sur deux ramène dans ses bagages un petit souvenir. Alors que la plupart des commerçants de souvenirs en France se fournissent dans les usines chinoises, certains acteurs du marché hexagonal veulent se démarquer pour survivre à l’asphyxie asiatique : des Français à la reconquête de leur patrimoine.

Antoine n’a que 29 ans et pourtant il a créé l’objet souvenir Made in France qui cartonne partout dans le monde. « J’ai eu l’idée de dessiner la ligne d’horizon d’une photo de Marseille prise au soleil couchant. A l’époque, je travaillais avec une entreprise qui faisait de la découpe laser dans de l’acier. Je leur ai demandé de découper ce dessin. Et ça a tout de suite plu. »Pour la deuxième année de vie de sa société, le jeune homme compte développer sa gamme : de Paris à New York, Antoine va devoir résister à la concurrence et se démarquer notamment lors du Salon international Maison & Objet où il réalise70% de son chiffre d’affaires annuel. L’avenir de la société en dépend.

Nicolas Pagnol, lui, va tenter de lancer une gamme de produits souvenirs en hommage à son illustre grand-père Marcel Pagnol, dans l’une des villes plus touristiques de France : Marseille.L’héritier mise sur l’ouverture d’une boutique dans le très populaire quartier du Panier.« On a des porte-clefs, des t-shirts, et ici ce sont 2 plaques de métal colorisées dont je suis assez fier : c’est un visuel que j’ai retrouvé chez ma grand-mère, un projet d’affiche, qui évoquenon seulement Marseille, avec la Bonne mère, mais aussi la fameuse partie de pétanque qui bloque le tramway : « tu tires ou tu pointes ? »… »Ce projet doit permettre à la famille de financer, notamment, la restauration des films cultes du cinéaste Pagnol, vieux de 80 ans.

Jérémy et son frère Mathieu ont repris les commerces de souvenirs de leur grand-père à Berck, dans le Pas-de-Calais. Ils vont devoir affronter l’une des pires saisons estivales depuis qu’ils sont patrons de leurs boutiques de babioles. « On vend des petitssouvenirs tout simples mais sympas… comme les magnets : les gens les mettent sur leur frigo…Ils le voient tous les jours etça leur rappelle les vacances »Avec leurs équipes, les deux frères vont tout faire pour inciter le client à acheter chez eux des souvenirs.

Jenny Yéélabore des souvenirstypiquement français…fabriqués en Chine !Nous découvrirons les secrets de son succès qui attire toujours autant les revendeurs: 80% des souvenirs vendus en France sont achetés en Asie.« Ces Tours Eiffel sont prêtes à être envoyées en France.C’est pour un revendeur de souvenirs. Ce qui est amusant, c’est que ce sont probablement des touristes chinois qui vont acheter cette Tour Eiffel, alors qu’elle est fabriquée ici en Chine !»… Ce qui qui a le don decontrarierles véritables artisans français…

C’est le cas de Claude, défenseur du Made in France et fabricant de bols à prénom à St Gilles Croix de Vie, en Vendée. Une tradition depuis 1907.« Le bol a prénom, il a été inventé en Vendée, chez nous. Ensuite il a été copié par les Chinois ou les asiatique en généralet comme ils sont pas plus bêtes que nous et qu’on ne leur a pas mis de barrière bah aujourd’hui y’a le métier existe plus en France ! »…

Nous allons suivre le quotidien de ces faiseurs de rêve ; qui nous permettent de ramener une part de vacances dans nos valises.