Chargement…


  • 57'
  • Auteurs : Guillaume Maurice, Sébastien Girodon
  • 30-12-2017
  • Master : 2707

NOËL A RUNGIS : QUAND LE PLUS GRAND MARCHE DU MONDE S’EMBRASE | TF1 | Reportages

Sur le marché de Rungis, à l’approche des fêtes de fin d’année, il souffle comme un vent de panique ! Une excitation, à la fois festive et tourmentée anime les 1 200 chefs d’entreprise du marché. Certains espèrent toucher le jackpot en quelques jours. Mais pour cela, il faut travailler sans relâche. Être capable de trimer dans le froid et les courants d’air presque 24 heures sur 24, toute une semaine durant !

Pour certains produits très « ciblés Noël », les chiffres s’envolent littéralement. Jonathan et sa femme Kim, producteurs et plus gros vendeurs de sapins de Noël de Rungis, font 70% de leur chiffre d’affaire sur cette période. « On vit presque toute une année sur ces six semaines ! Pendant 11 mois on se démène, et si on se loupe, on est foutus ! ». Pour Jonathan et Kim les enjeux sont colossaux, les coups de chauds promettent d’être nombreux.

Côté volailles, c’est encore pire : 94% des chapons vendus à Rungis, le sont au cours des deux semaines qui précèdent le 24 décembre. Mais cette année, ce n’est pas le chapon qui inquiète le plus Gino Catena, le « roi de la volaille » de Rungis. Suite à la nouvelle vague de grippe aviaire, c’est la pénurie de foie gras qui risque de faire chuter son chiffre d’affaire. «  On va devoir aussi augmenter les prix, pour compenser un peu le manque de marchandise… ça risque de grincer des dents, cette année !! »

Valérie est acheteuse en poissons, coquillages et crustacés au pavillon de la marée, à Rungis.  Ses clients sont essentiellement des restaurateurs haut de gamme, et des traiteurs. Valérie, c’est d’abord une voix, une gouaille, un accent de « titi parisien », et un franc-parler ! Pas le genre de femme à prendre des pincettes, ni à se laisser marcher sur les pieds. Son challenge, à Noël : honorer les commandes de ses clients malgré une demande qui est multipliée par dix ou vingt à cette période. «La semaine qui précède Noël, même les provinciaux viennent à Rungis pour s’approvisionner ! Chaque année, c’est le cirque : il faut se battre pour avoir de la marchandise de qualité ! »

Jean-François, lui est grossiste en fruits et légumes d’exception ! Il passe une bonne partie de son temps à parcourir le monde à la recherche de nouveaux produits, pour surprendre et séduire ses clients. Il en découvre une centaine chaque année ! Grands chefs étoilés et primeurs de luxe s’arrachent ses trouvailles. Et depuis peu, pour Noël, plusieurs grandes surfaces lui commandent une sélection d’une dizaine de ses fruits et légumes. Pour Jean-François, la période de Noël est cruciale : « Je travaille 11 mois de l’année quasiment sans faire de bénéfice, et en décembre je gagne enfin de l’argent. Alors il ne faut pas se rater ! »