Chargement…


  • 54'
  • Auteurs : Emmanuel Charlot, Floriane Chaume
  • 13-05-2018
  • Master : 2751

NIMES : COMPARUTIONS IMMEDIATES, JUGER VITE, JUGER MIEUX ? | TF1 | Reportages

Un coup de couteau pour une insulte, un tabassage pour un coup de klaxon… Près de 800 cas de violence gratuite sont déclarés chaque jour en France. En 2017, les chiffres ont atteint des records. Pour juger les faits les plus graves graves, les magistrats disposent d’une procédure d’urgence : la comparution immédiate. A Nîmes, leur nombre a augmenté de 35% entre 2016 et 2017. Elle permet de juger les auteurs dans la foulée de leur garde-à-vue, parfois le jour même. Des audiences où prévenus et victimes se retrouvent face à face, dans l’émotion encore vive des faits. Exceptionnellement, nous avons pu poser nos caméras au Tribunal de Nîmes, et assister à ces procès.

Un tabassage pour un coup de klaxon… La victime, un jeune homme de 26 ans, a été rouée de coups de barre de fer. Mécanicien, il n’est pas sûr de retrouver l’usage d’une de ses mains. Cet acte d’une rare violence, la juge Christine Ruellan, l’a surnommée “L’affaire Orange Mécanique”. Si la victime est encore en vie, c’est grâce à l’intervention courageuse d’un pompier. “J’ai vu la haine dans leur regard, jamais je n’avais vu un tel déferlement de violence. Si je n’étais pas intervenu, ils auraient fini par tuer ce pauvre jeune.” témoigne-t-il à la barre. Dans la salle d’audience, Lorraine Dorlhac, Procureur de la République, a écouté avec attention les parties présentes. Lors du procès, où elle représente les intérêts de la société, elle rappelle que « ce sont des faits qui pourraient arriver à n’importe lequel d’entre nous puisque dans notre société ce sont les honnêtes gens doivent faire profil bas. » Lors de ses réquisitions, elle va demander des sanctions exemplaires à l’encontre des deux agresseurs…

En France, une femme meurt tous les 3 jours sous les coups de son conjoint. Elles seraient 250 000 victimes de violences conjugales. Moins de 15% osent porter plainte. Jeanne est l’une d’elles. Son mari, jusqu’alors inconnu des services de justice, l’a séquestrée, humiliée et frappée une nuit entière. La jeune femme, ce qui est rarissime, a eu le courage de venir l’affronter devant les juges. Résistera-t-elle aux excuses de son mari, qui aux dires de son avocate “l’aime. L’aime mal mais l’aime malgré tout” ?

Enfin nous avons suivi le parcours judiciaire d’un jeune délinquant depuis sa garde à vue jusqu’à son jugement. Dans une station service il a asséné un coup de couteau à un ancien collègue pour dit-il “se défendre après une insulte”. Au cours de l’audition, les gendarmes vont découvrir que la victime n’en est peut-être pas une… Comment la Procureur Lorraine Dorlhac et la Juge Christine Ruellan vont-elles appliquer la loi dans cette affaire complexe ?

A Nîmes, cette délinquance importante et les condamnations qui en résultent ont un impact direct sur le taux de surpopulation carcérale. A la maison d’arrêt elle atteint + 230%. “Avec près de 100 matelas par terre” déplore Florence Sylvestre, Juge d’Application des Peines. A ses côtés, nous avons rencontré Léa, 26 ans, toxicomane, condamnée il y a quelques mois en comparutions immédiates pour vol avec violences. Pour se réinsérer progressivement, elle a demandé à Florence Sylvestre de bénéficier d’une semi-liberté. La juge sera-t-elle sensible aux arguments de la jeune femme ?

Aux côtés des juges, procureurs, policiers et victimes, plongez dans les arènes judiciaires de Nîmes.