Chargement…


Burma: the mists of dawn
  • 52'
  • Auteurs : Daniel Lainé, Julien Boluen
  • 28-12-2014
  • Master : 2393

Birmanie : les brumes de l’aube | France 5 | Les Routes de l'Impossible

La Birmanie des milles pagodes. Une contrée interdite pendant un demi siècle de dictature. Aujourd’hui, le pays s’ouvre au monde et dévoile des paysages inconnus, d’une beauté époustouflante. Des curiosités longtemps préservées, comme les femmes girafes, les dernières de la planète. Il n’en reste que quelques centaines à vivre libres, dans leurs villages. Elles sont pauvres, mais dignes. Les autres, ont préférées quitter leur village et vivre du tourisme, sur les bords du Lac Inlé ou en Thaïlande. Il y a quelques mois, le gouvernement Birman a autorisé les étrangers à découvrir le Nord, jusqu’à la frontière indienne. Ko Soe Moe, guide touristique, parcourt pour la première fois cette partie du pays qu’il ne connaît pas. Il souhaite ajouter à son catalogue, un nouveau circuit touristique. Il espère relier Mandalay, la grande métropole du Nord, au lac « Rid Hill », à la frontière indienne. Une route difficile, surtout en pleine mousson. Les rivières débordent et envahissent la route. Par moment les pistes deviennent des marres de boue, impossible à franchir. Mais le voyage en vaut la peine. Ko So Moe découvre une réserve d ‘éléphants en semi liberté. C’est la première fois que des « étrangers » les voient au plus près. Un peut plus loin, il nous fait découvrir, isolé au milieu de la forêt tropicale, un étrange campement. Une centaine d’hommes s’acharne à extraire du pétrole. Avec des équipement dérisoires, ils forent jusqu’ à 200 mètres sous terre, pour recueillir de l’or noir. Il est purifié dans des raffineries de fortune et revendu dans tout le pays. Un moyen de survivre à leur isolement forcé. Le voyage pour les montagnes « Chin » passe par la ville de « Kalé Myo ». Ici, on a l’impression que le temps s’est arrêté il y a 50 ans. Les camions qui sillonnent les rues datent de la dernière guerre mondiale. Il faut dire que sous la dictature, pendant un demi siècle, la ville est restée coupée du monde. Alors, les habitants ont du se débrouiller. Leurs camions, ils les ont été réparés, rafistolés, rapiécés des centaines fois peut être…Résultat, un bric à brac de véhicules d’un autre âge. Et au milieu de cette ferraille, des jeeps flambant neuves. Un modèle que l’on ne trouve nulle part ailleurs…Des voitures fabriquées entièrement à la main dans des ateliers comme celui de monsieur Htin. Un fou de mécanique. Avec une dizaine de mécaniciens, il fabrique tout: embrayage suspension carrosserie. Tout, sauf le moteur, importés d’Inde. Des « Jeeps » made in Birmanie, peu chère et increvables. Elles sont faites pour durer au moins 30 ans ! C’est à Kale Myo que vit Aung Ko, un jeune routier qui possède un camion deux fois plus âgé que lui. Aung Ko va parcourir 220 kilomètres pour aller chercher une cargaison de bois. Le problème, c’est qu’il y a des concurrents. Si Aung Ko arrive trop tard à destination, il perdra de l’argent. Mais le problème, est que son camion n’a pas de roues motrices à l’avant. Il devoir tout de même affronter de mauvaises pistes, s’enfoncer dans la boue avant d’arriver à destination. De son côté, Ko Soe Moe, le guide touristique, a réussi à atteindre les contreforts des montagnes de « Chin ». Il n’est pas le seul. Des jeeps de fabrication locales prennent aussi cette route. Ils doivent affronter la pluie, le brouillard, les ravins. La route est hasardeuse, et surtout périlleuse. Les affaissements de terrains, les éboulements fréquents en font la pire route du pays. Et pourtant, elle est incontournable. Par ici, passe la plus grande partie du commerce avec l’Inde. Ko Soe Mo va-t-il réussir à surmonter les dangers de cette route et réussir à créer son nouveau circuit touristique ?