Chargement…


  • 84'
  • Auteurs : Michèle Fines, Sébastien Gilles
  • 13-01-2018
  • Master : 2709

AFFAIRES CLASSEES : SUR LA TRACE DES TUEURS & LA VERITE A TOUT PRIX | TF1 | Reportages

Sur la trace des tueurs (42’)

Dans les affaires criminelles, lorsqu’un dossier devient un « cold case », une affaire non élucidée, c’est souvent parce que l’enquête est mal partie. Le plus souvent, les policiers ou les gendarmes ont suivi une piste qui s’est révélée vaine. Pendant que l’enquête partait dans une mauvaise direction, les autres pistes n’étaient pas explorées. C’est ce qui s’est passé en 1983, en Isère, dans l’affaire du petit Ludovic Janvier, 7 ans. Il a disparu il y a 25 ans et n’a pas été retrouvé. Les enquêteurs ont d’abord soupçonné ses parents puis l’affaire est tombée dans l’oubli. L’année dernière, elle a connu un incroyable rebondissement. Un homme, s’est présenté à la famille, il a été adopté à l’âge de la disparition… et il pense être Ludovic Janvier.

Dans un autre dossier, les enquêteurs n’ont jamais lâché. L’affaire des meurtres de Perpignan est l’une des plus grandes énigmes criminelles de ces dernières années. Elle a connu son épilogue en 2014. En faisant de nouvelles analyses ADN, les enquêteurs ont trouvé le profil d’un violeur en série, Jacques Rancon, 56 ans. Pendant 15 ans, il est passé entre les mailles du filet. Les policiers le cherchaient partout pourtant il vivait là, juste à côté du lieu des meurtres. A deux reprises, les policiers ont même raté une belle occasion de l’arrêter.

La Vérité a tout prix (42’) 

Depuis neuf ans, un mystère plane sur Barcelone. Celui de la disparition d’un jeune breton de 20 ans, Romain Lannuzel. Cet étudiant Erasmus devait passer une année dans la capitale catalane. Mais le 13 novembre 2007, Romain disparait, sans raison. Romain était un garçon bien dans sa peau. Toutes les recherches menées par la police espagnole n’ont rien donné. « C’est comme si la terre s’était ouverte puis refermée sur lui » dira un policier. Nous avons suivi le combat de Mireille, sa maman, qui fait tout pour connaître la vérité. Consultation d’une médium, collage d’affiches. Récemment, elle a aussi embauché un détective qui a trouvé une piste.

C’est un autre mystère qui hante depuis 18 ans le petit village de Lisle en Dordogne. Le meurtre d’une femme de 46 ans. C’était à la fin août 1998. Très vite, les gendarmes pensent détenir le coupable. Pascal Labarre, un employé communal de 33 ans. Selon les gendarmes, Labarre était l’amant de la victime et il n’aurait pas supporté qu’elle mette fin à leur relation. Fou de rage, il l’aurait tué. En garde à vue, Pascal Labarre passe aux aveux. Mais un mois plus tard, il se rétracte et répète qu’il n’y est pour rien. En 2002, il est condamné à 20 ans de prison. Puis acquitté en appel six mois plus tard. Si ce n’est pas Pascal Labarre, qui est l’assassin ? 18 ans plus tard, alors que le dossier est en sommeil, un détective a retrouvé des témoins qui pourraient relancer l’enquête.