Chargement…


  • 52'
  • Auteur : Nabyla Zaknoun
  • 17-01-2018
  • Master : 2718

AFFAIRE LAETITIA DELECLUSE : UN COUP EN PLEIN COEUR | Enquêtes criminelles | W9

Mardi 04 septembre 2014, Carine et Aurélie Mayer, auxiliaires de vie à la maison de retraite de Ramonchamp (Vosges), sont inquiètes. Elles n’ont pas de nouvelles d’une de leur collègue, Laëtitia Delecluse, une mère de famille de 38 ans.

La gendarmerie est prévenue et très vite le mari de la disparue est interrogé. Daniel Rudenko explique que Laëtitia est partie délibérément du domicile familial, la veille. Il venait de porter plainte contre elle à cause des maltraitances qu’elle faisait subir à leurs deux filles. La jeune femme aurait pris peur et se serait tout simplement enfuie. Pour preuve, Daniel Rudnenko montre aux gendarmes les sms que sa compagne lui a envoyés : « Je dois partir. Débrouille-toi avec les gamines ! Je n’ai pas envie d’aller en prison. Dis-leur que je les aime très fort malgré tout ce que je leur ai fait ! ». Laetitia Delecluse aurait-elle disparue volontairement ? Pour tous ses proches, c’est la stupéfaction. L’histoire racontée par son mari est insensée. Jamais la mère de famille attentionnée n’aurait fait du mal à ses enfants et jamais elle ne serait partie sans ses filles qu’elle aimait par-dessus tout. La famille et les amis de Laëtitia vont alors se mobiliser et vont tenter de retrouver la jeune femme coûte que coûte, des battues sont organisées dans tout le village mais en vain. Laëtitia Delecluse reste introuvable. Carine et Aurélie, les deux amies de Laëtitia ont un mauvais pressentiment car la jeune femme s’était confiée : elle était en instance de divorce et même s’ils vivaient encore sous le même toit, les relations avec son compagnon étaient particulièrement tendues. Le mari se trouve alors dans le collimateur des gendarmes. Seulement ils ont beau fouiller le petit pavillon bleu du couple, ils ne constatent rien d’anormal. Quant au suspect, il le clame à qui veut l’entendre et même dans la presse avec une sincérité désarmante : il n’a rien à se reprocher.

C’est un petit détail qui va faire basculer l’enquête et acculer le mari.